l’Algérie de mes vingt ans !


Comme beaucoup de jeunes métropolitains Jean BELLAMY a quitté son village natal pour s’allier au peuple pieds-noirs afin de participer à la sauvegarde de nos trois départements de l’époque.

Affecté au 1er régiment de chasseurs parachutistes en garnison à Philippeville il a « nomadisé » dans cette belle région de 1954 à 1957.

Il a aimé ce pays, parce qu’il avait vingt ans et que le caporal-chef MARTINEZ, enfant du pays, l’a aidé à passer les premiers mois, toujours difficiles dans un pays qu’on ne connait pas.

On a chanté, dit-il, " Paris tu m’as pris dans tes bras " moi c’est Philippeville qui m’a pris dans ses bras.

Je vous propose de prendre connaissance de son récit.

Cela en vaut vraiment la peine !

Jacky

 

Nous avions vingt ans, nous arrivions de cette métropole, que nous appelions la France car pour nous la France finissait à Marseille.

A l’école de nos villages on ne nous parlait pas beaucoup de l’Algérie.
Bien sur, ceux qui comme moi aimait l’histoire, savaient que des hommes au nom bizarre, des « pieds noirs «, étaient venus libérer la Mère Patrie. Bien sur que notre drapeau était le leur ! Bien sur que parlions la même langue !
Mais au village on racontait qu’ils ne vivaient pas comme nous, qu’ils faisaient suer le burnous et tant d’autres contre-vérités. Dans certaine famille on parlait de "ce pauvre enfant qui s’expatriait dans ce pays inconnu des bons chrétiens " !
   
Et pourtant, sans aucune crainte, a la pointe du Sidi Okba, j’ai vu approcher a tribord la cote Bônoise (devenue Annaba). J’ai senti des effluves nouveaux. Vu des arborescences nouvelles mais semblables à la Provence avant les promoteurs immobiliers. A cette Provence que je ne connaissais pas beaucoup.
Puis avec mon ami Martinez, un vrai pied-noir, j’ai découvert son beau pays, j’ai découvert la Place Marqué à Philippeville, les arcades, la petite plage de Stora et les filles du soleil !
"Ha, quelles sont jolies les filles de mon pays, laïe, laïe, laïe ……"
Et oui elles étaient jolies les filles de ton pays. Un peu trop farouches à notre goût mais si belles que nous pardonnions. Et quand elles passaient outre les recommandations maternelles, quel bonheur de les approcher. Elles sentaient le soleil, l’orange, et bien d’autres fruits et des plantes inconnues. Leurs corsages gonflés de fruits mures et leurs cuisses superbes à la plage, affolaient et enflammaient notre imagination.
Et petit à petit, les barrières tombaient, nous aimions ce pays et les drapeaux sur les monuments étaient bien le notre. Les contre-vérités serinées en métropole s’effondraient une a une ! Avant les événements tragiques qui allaient ensanglanter ce pays, il y avait de la joie et du bonheur dans "mon" Algérie.
Parfois c’est vrai il y avait de la castagne entre paras et jeunes pieds-noirs. Mais tranquillisez vous, on ne se tuait pas. C’était la même bagarre connue en métropole les jours de fête au village avec les jeunes du pays voisin.
    Le soir j’aimai m’asseoir sur le talus qui dominait la ville, l’écouter vivre, sentir la cuisine du soleil aux senteurs différentes de celles de mon village.
La nuit étoilée nous faisait penser aux parents qui, la bas, a des milliers de kilomètres, étaient parfois inquiet du sort de leurs bébés !
Après le plaisir des yeux et du nez, j’ai découvert les plaisirs de la bouche  avec des produits nouveaux pour nous. Un bon casse-croûte de soubressade, la kémia aux petits escargots dans la sauce tomate……va va va que c’était bon ! A mesure que je le découvrais bien des choses m’enchantaient dans ce pays.
 
Mais l’autre grande courge les a compris mes amis pieds-noirs ….. Pour leur malheur ! Et quand je pense que la France va lui faire un musée !
Combien de victimes de plus, pour sa valse hésitation et son orgueil !
    Tu étais belle mon Algérie……   je n’y retournerai pas !
    Mais je te garde dans mon cœur.
     
    Et que d’amis pieds-noirs découverts depuis peu !
    Je ne peux les citer tous, ils me pardonneront !
    Jacky COLATRELLA, Jean-Paul CASTANET, Charley GREG …..
    Amitiés épistolaires mais fortes !
Avec Charley nous nous racontons nos souvenirs et notre vie d’aujourd’hui, parfois au jour le jour !

 

Jean BELLAMY

http://www.balsy.net/categorie-10117375.html

Publicités
Cet article a été publié dans Souvenirs !. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s