Lettre à mes amis français de France


Notre ami Roger ATTARD nous fait parvenir la remarquable lettre suivante que SKIKDAMAG se fait un plaisir de vous faire partager….

LETTRE A MES AMIS FRANÇAIS DE FRANCE

Par

 Guy Bezzina

"A quelques encablures de mes 70 ans, à un âge où les souvenirs se déclinent plus aisément que les projets et après avoir épuisé mes capacités de silence, je ressens le besoin d’éclairer un malentendu. En 35 ans de vie professionnelle, j’ai travaillé avec vous, milité avec vous, partagé quelques succès et quelques épreuves, communié aux mêmes valeurs, au même humanisme. J’ai bu à la coupe de ce bonheur de vivre en France, de s’étonner de ses richesses, de se pénétrer des mêmes émotions, au point que j’avais fini par oublier que j’étais né sur une autre rive, de parents venus d’ailleurs et de grands-parents à l’accent impossible d’une Île de la Méditerranée. Je m’étais cru Français comme vous et j’avais cru achever ce travail de deuil commun à tous les exilés du monde. Et puis, depuis quelques mois, des maisons d’édition ont fait pleuvoir témoignages et réflexions sur la guerre d’Algérie. Les chaînes de télévision et les radios ont commenté les ouvrages et refait l’Histoire de 134 ans de présence française en Algérie. Avec une étonnante convergence de vues, la plupart ont révélé, sur cette période, une vision singulièrement sinistre. J’ai revu l’histoire de ma patrie, l’Algérie Française, travestie ou défigurée en quelques propositions caricaturales :

«La présence de la France en Algérie fut de tout temps illégitime»
«Les Français d’Algérie ont exploité les Arabes et ont volé leurs terres»
«Les soldats français ont torturé des patriotes qui libéraient leur pays»
«Certains Français ont eu raison d’aider les fellaghas à combattre l’armée française et peuvent s’enorgueillir aujourd’hui d’avoir contribué à la libération de l’Algérie»."

Alors, j’ai compris que personne ne pouvait comprendre un pays et un peuple s’il n’avait d’abord appris à l’aimer… et vous n’avez jamais aimé "notre Algérie" !
Alors, j’ai compris pourquoi vous changiez de conversation quand j’affirmais mon origine "
pied noir" ; j’ai compris que l’exode arménien ou l’exode juif vous avait touchés mais que notre exil vous avait laissés indifférents. J’ai compris pourquoi les maquisards qui se battaient pour libérer la France envahie étaient des héros, mais pourquoi des officiers qui refusaient d’abandonner ce morceau de France et les Arabes entraînés à nos côtés, étaient traités de putschistes. J’ai compris pourquoi des mots comme "colon
" avaient été vidés de leur noblesse et pourquoi, dans votre esprit et dans votre langage, la colonisation avait laissé place au colonialisme.
Même des Français de France comme vous, tués au combat, n’ont pas eu droit, dans la mémoire collective, à la même évocation que les Poilus ou les Résistants, parce qu’ils furent engagés dans une "
sale guerre" ! Sans doute, même si leur sacrifice fut aussi noble et digne de mémoire, est-il plus facile de célébrer des héros vainqueurs que des soldats morts pour rien. Dans un manichéisme grotesque, tout ce qui avait contribué à défendre la France était héroïque ; tout ce qui avait contribué à conserver et à défendre notre pays pour continuer à y vivre, était criminel… «Vérité en deçà de la Méditerranée ; erreur au-delà !
 » Vous si prolixes pour dénoncer les tortures et les exactions de l’armée française au cours des dix dernières années, vous êtes devenus amnésiques sur les massacres et les tortures infligés par les fellaghas à nos compatriotes européens et musulmans. Vous ne trouvez rien à dire sur l’œuvre française en Algérie pendant 130 ans. Pas un livre, pas une émission de télévision ou de radio, rien ! Les fictions même s’affligent des mêmes clichés de Français arrogants et de Musulmans opprimés.
Ce qui est singulier dans le débat sur l’Algérie et sur la guerre qui a marqué la fin de la période française, c’est que ceux qui en parlent, en parlent en étrangers comme d’une terre étrangère. Disséquer le cadavre de l’Algérie leur est un exercice clinique que journalistes, commentateurs et professeurs d’université réalisent avec la froide indifférence de l’étranger.
Personne ne pense qu’un million de femmes et d’hommes n’ont connu et aimé que cette terre où ils sont nés. Personne n’ose rappeler qu’ils ont été arrachés à leur véritable patrie et déportés en exil sur une terre souvent inconnue et souvent hostile … Quand certains intellectuels français se prévalent d’avoir aidé le FLN, personne ne les accuse d’avoir armé les bras des égorgeurs de Français …
Cette terre vous brûle la mémoire et le cœur …  ou plutôt la mauvaise conscience  d’avoir bradé, dans la débâcle et le gâchis l’œuvre de plusieurs générations de Français vous rend injustes, amnésiques, sélectifs dans vos évocations ou pire falsificateurs ! Je n’ai pas choisi de naître Français sur une terre que mes maîtres français m’ont appris à aimer comme un morceau de la France. Mais, même si "
mon Algérie
" n’est plus, il est trop tard, aujourd’hui, pour que cette terre me devienne étrangère et ne soit plus la terre de mes parents, ma patrie.
J’attends de vous amis français, que vous respectiez mon Histoire même si vous refusez qu’elle soit aussi votre Histoire. Je n’attends de vous aucune complaisance mais le respect d’une Histoire dans la lumière de son époque et de ses valeurs, dans la vérité de ses réalisations matérielles, intellectuelles et humaines, dans la subtilité de ses relations sociales, dans la richesse et la diversité de son œuvre et de ses cultures. J’attends que vous respectiez la mémoire de tous ceux que j’ai laissé là-bas et dont la vie fut faite de travail, d’abnégation et parfois même d’héroïsme. J’attends que vous traitiez avec une égale dignité et une égale exigence d’objectivité et de rigueur, un égal souci de vérité et de justice, l’Histoire de la France d’en deçà et d’au delà de la Méditerranée.

Alors, il me sera peut-être permis de mourir dans ce coin de France en m’y sentant aussi chez moi … enfin !"

                                                                                                          Guy Bezzina

Publicités
Cet article a été publié dans Souvenirs !. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Lettre à mes amis français de France

  1. chouaf dit :

    jmr bénito à travers votre courrier et celui de djelloul;que j ai lu bien sur que faut il rajouter si ce n est qu approuver les deux contenus;a savoir c est à vous en france d expliquer aux francais de france que nous sommes tous la création d un dieu unique nous ne sommes pas différents d eux et qu aucun n est meilleur que l autre si ce nest que comprndre une seule chose que chacun est libre de vivre comme il veut seule condition RESPECTER AUTRUI ,vous etes nes en ALGERIE vous y avez vécu toute votre jeunesse avec vos amis algériens;aviez été à l école ,au lycée,collège,université pour certains d entre vous;vous aviez habité le meme immeuble le meme palier à défaut le meme quartier et tout cela ne peut s oublier vous etes les mieux placés pour connaitre nos coutumes peu importe nos différnces de cultes cela ne changera rien du tout je répète encore une fois que chacun de nous mettra du sien en se respectant mutuellement et sans omettre qu il y a des bons et des mauvais partout dans le monde,amicalement à bientot

  2. chouaf dit :

    excusez mes fautes d ortographe je ne m apercois qu aprés la transmission c est commencé au lieu de commencais pas grave n est ce pas?

  3. chouaf dit :

    bonjour messieurs les phillivillois ;cela ne fait que quelques jours que j ai,commencais a lire certains anciens courriers datant des annees 2008 à 2015;j ai aussi vu des photos prises par certains d entre vous qui sont revenus revoir leur;ville natale;plutot la notre:des changements il y en a eu;reste beaucoup a faire certes mais l acceuil est toujours ancré en nous;la lettre à mes amis francais de france écrite par mr guy bezzina;vous a ete parvenue par roger attard que je connais personnellement vous témoigne combien vous serez trés bien recus à votre arrivée chez vous à phillippeville; je comprends que représente l émotion qui se dégage en vous et que la nostalgie vie en vous;personne ne vous empeche de revenir la voir; par la meme occasion je lance un appel à roger attard de communiquer avec moi si possible ;voir avec mr jacky merci à vous amicalement

  4. djelloul dit :

    A pandolfo: oui, la faute est aux politiciens de la France qui se croyaient des experts en politique et qu’au fond ils n’étaient que des chasseurs de prime ; et ceux qui aime l’argent sèment la malédiction, la mort, la famine, la peur, l’angoisse, et le pire ils propagent la haine, la vengeance; l’amertume; l’horreur; mais, il faut savoir pardonner, aimer, supporter, prospérer, la vie continue, ouvrer pour l’avenir prospéré, réaliser la paix, la construire, l’édifier par tous les moyens et avoir la foi de l’admette du point de vu réel et sous le sens propre du mot, s’aimer de nouveau, étendre l’amitié à travers le monde, chercher des amis, aider autrui; sourire aux visages des gens surtout aimer.

    • Pandolfo Bénito dit :

      Pour Djelloul : Ton exposé est plein de bon sens et de gentillesse ! A condition que tout cela fonctionne dans les deux sens.
      Es-tu d’avant ou après 62 ? Je viens de passer quelques jours à Philippeville ( Pardon Skikda ! ) en mai 2011.
      L’accueil des gens là-bas m’a bouleversé ! En me promenant j’étais interpelé de tous côtés. Les gens me disaient :  » Soyez le bienvenu. Vous êtes ici chez vous. J’en ai pleuré. Je ne m’attendais pas à un tel accueil! Je n’ai pas pu honorer toutes les invitations reçues. Après prés de 50 ans, revoir tous ces lieux de sa jeunesse, c’est une émotion que l’on ne peut pas expliquer. Il faut le vivre.
      Peut être que j’y retournerai l’année prochaine.
      Bien Amicalement. B.P.

      • Pandolfo Bénito dit :

        Message en l’air . J’ai l’intention de faire un nouveau voyage à Philippeville ( Skikda ) fin mai , début juin 2012. Si quelqu’un est intêressé , voici mon adresse e-mail : benito.pandolfo@neuf.fr . Amitiés . B.P.

  5. Pandolfo Bénito dit :

    Bonjour Il est évident qu’un jour ou l’autre, il aurait fallu abandonnanl’Algérie . Les Arabes ne voulaient plus de la France. On ne peut pas lutter contre la volonté d’un peuple . ( Ex: la Tunisie ) Mais celà aurait pu se passer autrement . Sans haine et sans violence . Nous serions sûrement restés tous là bas ! Mais les hommes politiques de l’époque en ont décidé autrement . Sans se douter du mal qu’ils nous ont fait . Mais avec le recul , je me rends compte qu’ils ont eu peut être raison . Imaginez le nombre de chômeurs qu’ils y aurait en France aujourd’hui ! Aurions-nous pu faire face ? Des exactions il y en a eu de part et d’autre, mais ce n’est pas nous qui avons commencé ! Bien amicalement . B.P.

  6. FERRARI GAËTAN dit :

    Il est trop tard pour écrire ce que nous avions au coeur et que nous n’avions jamais su exprimer .
    Maintenant mon seul regret est que l’Algérie soit devenue ce qu’elle est aujourd’ui.
    Les anciens qui ont combattu pour l’indépendance et ceux qui voulaient garder
    l’Algérie Française ont hâte de mourrir. C’est trop triste maintenant!

  7. FERRER Jacky dit :

    Bonjour,
    J’ai lu avec grande emotion votre Lettre aux Francais. J’entre dans ma 72 °année. Et plus j’avance dans le temps et moins je ne parviens a oublier notre terre natale où je sais mes ancetres, Italiens, Espagnols, abandonnés aux caprices de l’Histoire de France
    quand elle ne se drape plus dans les plis sacrés de l’Honneur au coeur de son drapeau tricolor.
    La France a choisi le deshonneur en abandonnant l’Algérie Francaise et les « Francais » doivent se préparer désormais à en subir les conséquences.
    Le processus est engagé; il suffit de regarder, d’observer, de lire , d ‘entendre.
    On pourrait me penser amer.
    Non, j’ai seulement, si j’ose dire, mal à ma France et à son Histoire:
    En effet « Il est bien fini le temps des Cathedrales »…..
    Bien à Vous
    J.F

  8. Pandolfo Bénito dit :

    Salut : Ce gâteau n’est-t-il pas un slabia ! Je ne connaissais pas ce nom . Mais on en apprend à tout âge . Ciao!!

  9. missud gilbert dit :

    Trop peu de « pieds noirs « osent s’exprimer ainsi .Certains ont complètement oublié leur origines .Merci monsieur BEZZINA !
    votre lettre devrait étre transmise aux médias .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s