De bouche à oreille

Cliquez ici pour connaître l’histoire de l’Algérie

Mais où est donc passé Alger la blanche

Regrets de personnalités algériennes

Communiqué de presse

6 commentaires pour De bouche à oreille

  1. FORMISANO ANDRE dit :

    bonjour a tous pas eu le temps de vous prévenir mais ma maman Joséphine Juliette teuma epouse formisano ai d c d le 09 01 2014 a l Age de96 ANS ON HABITAIS A LA RUE ANTOINE BRUNOT A PHILIPPEVILLE R I P MAMA

  2. formisano andre dit :

    bonjours a tous ma maman josephine formisano nee teuma a eu 95 ans le 17 septembre dernier elle ete la femme de janvier coiffeure cher laurent iacon juste a cote du marechal ferrand chabirand et du pharmacien dont j ai oublier le nom ou ete mon parain pierrot y avait aussis les pompes funebre mon parrain jouer du violon j ai retrouvais de tres tres vieilles photos de la place marquer etbcp d autres maman habite toujours a marseille voila bonne annee at bonne santee a toussss……………….dede

    • sandrine noguero dit :

      Coucou mon cousin, tu as fermé ton facebook, j essaie de te joindre, maman a grandi a skikda, tellement d histoire que j aimerai connaitre, réponds moi stp, bisous

  3. MATHIOT dit :

    Bonjour,
    Les bâtiments de l’Ecole d’Agriculture et de Viticulture de PHILIPPEVILLE, sur la route de SAINT-ANTOINE, restent aujourd’hui – on peut s’en réjouir – bien utilisés. Le domaine agrico-vitico-éducatif qui fut le plus vaste de France est maintenant en partie utilisé par la jeune université de SKIKDA, en continuelle extension. Des jardins parcourus d’allées fraiches et ombragées, une plantation exotique, une roseraie, un verger et des grands arbres en permanence soignés par des équipes de jardiniers, entourent les anciens bâtiments de style colonial. Cet îlot de verdure scrupuleusement entretenu a séduit le recteur de l’université, qui en a fait ses bureaux et qui n’a pas souhaité les abandonner pour les locaux modernes mis à sa disposition quelques dizaines de mètres plus loin.
    L’Ecole d’Agriculture ne sera plus, bien sûr, ce qu’elle était, avec son allée de mûriers où les enfants venaient chercher la nourriture des vers à soie. Elle garde sa vocation humaniste et horticole, sinon agricole, et elle est préservée – je puis en témoigner – avec le plus grand soin.

    Michel MATHIOT
    19 décembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s