Humour

Dodophe le meilleur vendeur de Philippeville

Dodophe se présente, pour un emploi de vendeur au Globe, un grand bazar de Philippeville, sous les arcades, où l’on vend de tout.
Le patron lui demande s’il a de l’expérience.
– Si j’ai de l’expérience ? Dans la vente ?
Aaiaiaiaiaille, tu me demandes ça à moi, Dodophe ? J’suis le roi de la vente,
moi ! Mon cousin il avait une boutique, j’ai tout vendu. Maintenant il est parti au souleil tellement j’l’ai rendu riche… la tête de ma mère, y’a pas meilleur vendeur que moi.
Le patron, amusé par la situation décide d’essayer le jeune Dodophe pour la journée. Le soir, il revient de Stora, où il s’était tapé une langouste chez Michel, pour voir ce qu’il a bien pu vendre.
– Alors, combien de ventes as-tu fait aujourd’hui ?
– Une seule, sur ma tête patron, il est v’nu qu’un client
– Ce n’est pas très brillant ça, et une vente de combien ?
– Seulement 100.000 euros, patron
– Quoi ? 100.000 ? Tout rond ? Mais…comment ça ?
Et Dodophe, il raconte :
 » Y a un type qu’i est v’nu et j’ia vendu un hameçon. Pis, j’li propose la petite canne à pêche au lancer et une série de mouches. Et comme j’li dis qu’il peut pas pêcher sans être bien équipé, j’li vends aussi la grande canne ac la ligne et les bouchons et un moulinet qu’avec une bobine l’ameçon j’te l’jette en delà Srigina. Sur la tête de ma mère, ti’en as jamais vu un comme ça, que j’li dis. Ti peux r’monter Moby Dick avec ça.
Après, pour pas qu’il ait honte devant les autres pêcheurs d’la marinelle,
j’li ai vendu l’équipement, les bottes, le ciré et le bob. Parce qu’avec sa canne toute neuve, s’il a pas l’équipement, y va passer pour un plouc, hein chef ?  »
Et les clients de Dodophe, ils peuvent avoir l’air con mais pas l’air plouc.
Pis, j’li demande où il va aller pêcher. I’mm dit  » au cap de fer « .
Alors, j’li dis qu’il f’rait bien d’acheter un bateau pour pêcher au large, et j’li vends le hors-bord de 12 mètres avec les deux moteurs. Et j’li demande comment y va emmener son bateau jusqu’aux platanes qui sont plus loin Jeanne d’Arc. Y savait pas.
Alors, j’li ai vendu la nouvelle Mercédès et une remorque pour tirer le
bateau. Et pis on a fait les comptes. Ça faisait 101.125 euros. Alors j’li dis « comme t’es un bon client, j’te fais un prix: 100.000 tout rond, mais ti paies cash. Il a dit  » j’passe à la banque et j’arrive « .
Et 1/2 heure après, il est rev’nu avec l’argent et il a tout pris, patron. Les sous i sont là dans la caisse.
Le patron est scié, complètement ahuri, assis par terre. Il n’en croit pas ses oreilles, il regarde l’argent dans la caisse et dit :
– T’as vendu une Mercédès et le hors bord à un gars qui venait pour
acheter un hameçon ?
– Heu…ben non, pas vraiment, patron. L’client, y v’nait pour ach’ter ……..
(Pour connaître ce que le client venait acheter ainsi que le conseil que Dodophe lui a donné veuillez ouvrir le diaporama joint en cliquant sur le lien ci-dessous ; vous ne serez pas déçu !)

Dodophe le meilleur vendeur de Philippeville

Publicités

24 commentaires pour Humour

  1. GDM dit :

    Encore une du même Vieux Sage Asiatique.
    Convoqué par le Centre des Impôts pour un contrôle fiscal, cette femme conseille à son mari de se présenter avec chaussures et vêtements usés. « Cela lui montrera que tu es pauvre ».
    Il demande ensuite conseil à son avocat :  » ne vous laissez pas intimider. Portez votre plus beau costume. C’est vous le Patron ».
    Bien embarrassé notre homme ! Il décide d’aller consulter ce Vieux Sage Asiatique très réputé pour ses bons conseils, lui expose les 2 avis contradictoires et lui demande le sien :
    « une future mariée demande à sa mère ce qu’elle doit porter pour sa nuit de noces. Tu mettras une longue chemise de nuit en flanelle, fermée jusqu’au cou, un bonnet de nuit et de grosses chaussettes en laine tricotée ».
    Même question à sa meilleure amie :
    « Nuisette transparente très sexy, s’arrêtant aux hanches, profond décolleté plongeant jusqu’au nombril …
    – Mais quel rapport avec les impôts, Maître ? »
    Le Vieux Sage Asiatique hochant la tête lui répond :
    « Quels que soient les vêtements, elle se fera baiser. Pour vous, ce sera la même chose ».

  2. GDM dit :

    Le tour de malice de Dodophe.
    Assis à la terrasse de l’Excelsior, en face la place Marqué, Dodophe y voit un morceau de femme là, attablée. …Purée, quelle poitrine elle se tient. Ch’ sais même pas d’où elle vient cette superbe Créature … et quel Morceau !
    Y s’assoit à une table à côté et à un moment, y l’en peut plus. Y se lève et lui fait cette confidence : « Madame, quelle merveille votre poitrine ! … Si vous me laissez mordiller un de vos seins, je vous donne 100 F (de l’époque)
    – Mais vous êtes malade ! »
    Elle se lève et quitte la terrasse comme pour aller chez Ferrer, le marchand d’ journaux.
    A son tour, Dodophe y s’lève et la suit. Arrivé au coin de la rue Passérieu : « Madame, si vous m’laisser mordiller la pointe de vos seins, j’ vous offre 500 F.
    Mais Monsieur, je ne suis pas ce genre de femme, voyons, fichez-moi la paix !
    – Tenez, j’augmente mon offre Madame, C’est un fantasme que je souhaite satisfaire à la seule vue de votre admirable poitrine, Voilà, je fais une folie : 1000 F. »
    Flattée et également séduite par la somme, « bon ça va mais ne m’importunez plus davantage » et elle se dirige au coin de la rue Passérieu, là où il fait un peu plus sombre.
    Là, elle dégrafe son chemisier et apparaissent deux magnifiques obus, à crever le seul oeil qui lui reste à Dodophe. Y se met à les caresser délicatement, les embrasser, les lécher, frotter le visage entre ces deux arrogants pitons. Un pur régal !
    « Alors finalement, est-ce que vous allez les mordiller, oui ou non ?
    -Final’ment, non, c’est vraiment trop cher. »

    • GDM dit :

      « Histoire de Blonde » à la Philivilloise
      Comme elle en avait assez du vent au bord de mer, pour se faire la bronzette cette touriste blonde, un canon, elle décide de se faire dorer sur la terrasse en haut de l’Hôtel Excelsior, c’est là qu’elle a loué.
      Le 1er jour, not’e belle blonde porte un monokini mais le lendemain, comme elle est seule sur cette terrasse, elle se dit « puisqu’y a personne ici, je vais me faire un bronzage intégral ». Et la voilà couchée sur le ventre pour se faire dorer le « bas du dos ».
      Au bout d’un p’tit moment, elle entend des pas qui montent dans l’escalier. Vite elle se met la serviette de bain pour couvrir son avantageuse anatomie.
      Georgeot, le fils du patron qui tient l’Etabliss’ment, tout essoufflé par la montée :
      « Désolé Mademoiselle, la Direction vous fait savoir qu’il est formellement interdit de se mettre nue sur cette terrasse.
      – Mais il n’y a personne ici. Qu’est-ce que cela peut faire et en plus, je peux me couvrir de ma serviette de bain …
      – Mais Mademoiselle, vous êtes allongée sur la verrière de la salle à manger de l’Etabliss’ment. »
      Rien contre les blondes bien évidemment, juste pour la caoulade.

  3. GDM dit :

    Cette authentique promise à partir du Forum et des « Recettes de Bouns », c’est bien sûr à propos de « j’y counnasse pas ».
    On est dans les années 54-58. Panne du groupe électrogène alimentant le secteur. L’ouvrier dont le prénom m’échappe et chargé de la maintenance de l’appareil arrivecontrarié près de mon beau-père (ce patos grand’teint, expatrié en Algérie et qui avait fait « Monte Casino » en 1944 avec la 3è Division d’Infanterie d’Afrique – 3è DIA chouf M. Google, Européens et Musulmans, tous d’Afrique du Nord, le beau-père donc, pas un fraîchement « Boujadi » :
    « Ya Batrou, li grope y l’y a la banne, le con’ d’ta soeur y l’y fouti ! » (Eh patron, le groupe est en panne … la suite ci-dessous)
    Le beau-père, n’ayant, tout comme non initié, pas trop saisi, se déplace pour essayer de comprendre … Mais que vient faire le c. de ma soeur dans cette panne, s’interroge-t-il ?
    Et l’ouvrier de lui montrer une pièce de ce système défectueux : il s’agissait non pas du « Con d’ ta soeur » mais plutôt du condensateur – phonétiqu’ment, on n’était pas trop loin.
    Ceci, en toute « Caoulade », juste pour sourire, sans aucune intention vexatoire, juste pour imaginer la tête de ce brave « Métropolitain » (pas de Patos à l’époque).face à cette situation où sa soeur, de l’autre côté de la Méditerranée, avec son anatomie, n’avait aucune responsabilité dans cette panne du groupe électrogène.

    • GDM dit :

      Pour rectifier cette erreur, la 3ème DIA était plutôt cette illustre Division d’Infanterie Algérienne (donc spécifiquement algérienne) avec à sa tête le Gal De MONSABER. Mon beau-père l’a côtoyé sur les fronts d’ Italie et de Provence en 1944.

  4. GDM dit :

    Allez, celle-ci authentique, vécue et provoquée par un Montplaisantin (habitant du Montplaisant, comme chacun sait) dans les années 1950.
    Un entrepreneur d’origine italienne au Boulodrome près du port (là où Bagur y s’ produisait), pour arroser sa victoire, lève le verre de l’amitié et, pour exprimer sa grande satisfaction entame avec son fort accent italien (là où les « u » se prononcent « ou ») :
    « Chers Amis, je vous remercie de l’accueil que vous m’avez réservé .. ».
    Bien sûr, avec son accent italien, ça a donné :
    « Chers Amis, je vous remercie de la couille que vous m’avez réservé(e) ».
    Explosion de rires au comptoir du Boulodrome, vous imaginez.
    GDM

    • GDM dit :

      Par exemp’e, de la bouche de Dodophe au comptoir chez Fabbri, rue Bélisaire, à côté le marché.
      Faire un dîner à l’oeil, défi relevé. C’est Dodophe qui raconte.
      Le curé à son ami le Rabbin :
      « J’ai un truc pour manger à l’oeil.
      – Aouah, et comment tu fais ?
      – ‘oilà, j’ vais jamais au restaurant avant 9 h du soir, pour le 2ème service. Je choisis un restaurant assez grand là où y a beaucoup d’monde a’ec plusieurs serveurs.
      J’ commande une entrée, un plat qu’ je veux, un dessert et j’ prends mon temps pour le café, le p’tit rhum, un bon cigare et j’attends tranquille la fermeture.
      Comme j’bouge pas quand y rangent les chaises sur les tab’es pour la fermeture, le garçon y vient pour me demander d’payer. Je lui dis alors que j’ai déjà réglé à son collègue qui est déjà parti.
      Et personne qui met en doute ma parole, j’suis curé. Pas mal Hein ?
      – Toi, t’y es capab’e. Et si demain on essaye ensemb’e ? dit le rabbin.
      – D’accord, j’ m’occupe d’ la réservation.
      Le soir suivant, y vont ensemb’e au restaurant et y consomment bien-bien.
      A la fin de la soiré »e, y l’arrive le serveur et y leur demande de payer avant la fermeture.
      Et le curé qui lui dit « mais c’est déjà fait à votre collègue qui est parti. »
      Et le Rabbin qui rajoute alors, « d’ailleurs ça fait un moment qu’on attend la monnaie ! »

    • GDM dit :

      Et celle-là qui nous revient depuis le temps où on était sur notre terre natale, Là-Bas.
      Et notre Dodophe a pu la raconter après quelques rasades de « Blanche » (traduisez « Cristal »).
      Le père de Mourice (le marchand d’tissus) se sentant proche de la fin, fait venir son fils aîné,Simon, çuilà qui va reprend’e le magasin dans la rue Valée.
      Mon fils, la vie, elle repose sur les 5 doigts d’la main.
      – A ouah’ ?
      ‘oilà, j’ t’esplique aujord’hui :
      – Le pouce, tu le mets en l’air et c’est que t’y es sur une bonne affaire.
      – Le deuxième, c’est l’index. Y sert à montrer du doigt çuilà qui t’ doit de l’argent.
      – Le 3 ème, c’est le plus long de tous, mais c’est compliqué, après j ‘ t’esplique mon fils.
      – Le 4ème, on s’appelle l’annulaire. C’est à ce doigt qu ‘tu mets un nanneau, une grosse chevalière à ce doigt, c’est qu’ tes affaires elles marchent bien et qu’ t’y as d’ l’argent.
      – Et le p’tit doigt, mesqin’, tu t’le mets dans l’oreille quand l’affaire qu’on te propose elle te d’mande de réfléchir.
      T’y compris mon fils ?
      – Oui, Bà (oui papa) mais ti m’as pas espliqué çuilà, le plus long.
      – Ah, çuilà mon fils. J’esplique. Ti es marié. Ti as des affaires importantes à t’occuper.
      Et ben ‘oilà : à la fin d’là journée, une fois qu’ t’y es rentré du magasin, tu manges ça ta p’tite femme elle t’a préparé et après t’y vas au lit tranquille, ta femme elle est à côté d’ toi. Alors, ti mouilles ce doigt-là et ti demandes à ta femme d’être bien réceptive. Et alors, a’ec le doigt mouillé mon fils, à c’ moment-là, ti comptes : achra, archrin’, khamsin’, miat’,; khamsa miat ….
      – Ti comptes quoi Bà ?.
      – Ti comptes la recette, Bourricot que ti es ! Ti as compris ?

  5. GDM dit :

    Boucoup d’ gens, quand y z’écrivent le chiffre « sept », y mettent une barre en travers au milleu du chiffre. Pourquoi y en a qui disent « va s’a’oir ? »
    Moi, j’vais vous z’espliquer, gallou Dodophe.
    « Ça remonte du temps de Moïse quant-il est monté en haut le Sinaï et que Dieu y lui a dicté les 10 Command’ments.
    Lui Moïse, y l’a tout bien noté et, quant-il est redescendu vers son Peuple, y l’a lu ça que Dieu y lui avait dicté pour qu’ils soyent tous bien renseignés pour ça qui faut faire et ça qui faut pas faire.
    Et ‘oilà Moïse qui lit 1 à 1 à tout l’ monde les 10 Command’ments.
    Mais, arrivé au 7è , « tu ne désireras pas la femme de ton Prochain », là des centaines de voix s’élevèrent : « barre le sept ! Barre le sept ! Barre le sept ! »
    Et ‘oilà pourquoi mai’nant, on met une barre en travers du sept.
    Fem’ ti ?

    • GDM dit :

      Dans le cadre de la Coupe du Monde de Foot-ball en Russie, vendredi 06 juillet 2018 la rencontre en 8è de Finale « France contre Uruguay » (Capitale Monte Video comme chacun sait).
      Avec celle qui suit, à 2 balles, où on implique notre incontournable Dodophe de retour de Nice après un championnat de boules dans les années 50.
      « Alors Dodophe, ti es allé à Nice et ti as vu Monte Carlo ?
      – non,non, j’ai vu monter personne, Parole d’Honneur.  »

      Faut bien sourire même si ça date de 1950, pourvu qu’y ait Dodophe !

      • GDM dit :

        « Aïe ame tout à fait’ment souris ! »
        Omnibullé, non – Re « Aïe ame tout à fait’ment … »
        Plutôt obnubilé, {c’est plus(+) mieux bien} par Monte Carlo, veuillez rectifier ci-dessus « Montevideo » (en un seul mot).
        GDM

      • GDM dit :

        Dodophe y recommande ce plat : « l’oeuf au riz » pour fêter la victoire des Bleus.

        Après la triomphante victoire des Bleus Français contre les Bleus Uruguayens dans ces Partielles de Coupe du Monde de Foot, nous nous devons d’être plussque que satisfaits, z’ heureux !
        Pour ceusses qui n’adhérent pas complèt’ment à cette victoire (2 à 1) de ce jour 06 juillet 2018, la recette de Dodophe : « l’oeuf au riz ». Rien de tel pour atteindre … l’euphorie ! (hum !)
        Merci à toi Dodophe.

    • GDM dit :

      Et ‘oilà la vraie histoire des Commandements.
      Comment les Juifs y z’ont hérité des 10 Command’ments ? La vérité, elle est toute simple.
      En premier, Dieu alla voir les Arabes et leur offrit les Commandements.
      C’est quoi les Command’ments ?
      – Ce sont des Règles de vie.
      – Vous avez un n’exemp’e ?
      – « Tu ne tueras point ».
      – Pas tuer, pas intéressés, répondent les Arabes.
      Dieu se tourna alors vers les Gitans et leur parla des Commandements.
      – On veut un exemp’e.
      – « Tu ne voleras point ».
      – Pas voler, pas intéressés.
      Dieu se rendit auprès des Italiens et même scénario pour avoir un exemple.
      –  » tu ne commettras pas d’adultère ».
      – Pas d’adultère, pas intéressés, répliquent les Italiens.
      Alors Dieu alla chez les Juifs et leur proposa les Commandements.
      – Des Command’ments ? Combien ça coûte ?
      – C’est gratuit.
      – OK, on en prend 10.

      Rien contre personne, « juste pour caoulade », parole de Dodophe.

  6. GDM dit :

    Cette autre histoire qu’elle me revient.
    Rien contre les curés mais juste pour la caoulade, comme y disait Dodophe quand il avait envie d’en sortir une amusante, sans blasphème aucun.
    Un curé, s’adressant à un autre curé :
    « Mon Père, mon Père, j’ai besoin de me confesser parce que j’ai commis un grave pêché.
    – Raconte mon fils.
    -L’aut’ jour, une jeune veuve est venue me trouver et elle m’a d’mandé de lui faire l’amour.
    Bien sûr, j’ai refusé.
    Alors, elle s’est déshabillée devant moi et j’ai encore une fois repoussé ses avances.
    J’ai honte de vous avouer mon pêché mon Père.
    – Dites, mon fils.
    – Et bien, j’ai osé la regarder toute nue.
    – Pour expier ta faute, tu vas boire pendant 1 mois 20 litres d’eau par jour.
    – Mais c’est énorme mon Père !
    – C’est la ration quotidienne d’eau que boit un âne .

  7. GDM dit :

    Celles-là, du temps de Dodophe, on les racontait pas ni chez Fabbri, le bar de la rue Bélisaire à côté le marché couvert, ni chez Georgeot de l’Excelsior.
    Allez, dites-moi laquelle c’est qu’elle est la plus intelligente entre une blonde, une brune et une rousse.?
    Vous savez pas ? Et ben c’est la rousse … parce qu’on en a fait une dictionnaire.

  8. GDM dit :

    Allez, encore une nouvelle caoulade qui nous a sortie Dodophe, un soir d’anisette au Tony Bar, siège de l’EJP.
    Dans la blague qui suit, ne voyez aucune connotation raciste ou autre. Permettez-moi de rappeler à la cantonade qu’en Aldgérie, pour profiter à fond de la plaisanterie, une des règles c’était :
    l’Arabe et le Juif contre le Chrétien,
    l’Arabe et le Chrétien contre le Juif,
    le Chrétien e t le Juif contre l’Arabe,
    Je pense avoir présenté les 3 cas de fugures.

    « Y rentre Mouloud dans le bar et y dit : un verre à tout le monde sauf à Simon !
    Simon y se tourne vers Mouloud et y dit merci.
    Mouloud y pense : y l’est con ce Simon de me dire merci. Aussi y racommence :
    Servez tout le monde sauf à Simon, c’est moi qui paye.
    Encore une fois, Simon y dit merci à Mouloud qui comprend plus et y demande à Christian si Simon y l’est con ou y fait le con ?
    – non Mouloud, Simon, c’est l’ patron du bar ».
    Je salue mes 3 amis Christian, Mouloud et Simon, nés sous le même soleil de notre beau pays.
    GDM

  9. GDM dit :

    Merci de ton bien sympathique commentaire Eric, alias Bagur III.
    Tu devrais interroger Alain, ton papa qu’on nommera Bagur II pour qu’il nous en sorte de Dodophe, du Boulodrome en descendant en bas le port ….
    Oh, les Philivillois, on a sur cette page Bagur III et, si vous avez bien suivi, c’est le p’tit fils de notre Bagur N° I, le Roi d’ la Cacavelle a’ c ses gibussiens, tous en gibus et … pieds nus ! Quelle caoulade !

  10. GDM dit :

    Toujours dans la rue Brique « Humour ».
    Pour double cause de 1er Mai, mes excuses pour ne venir qu’aujourd’hui 02 mai 2018 (Férié oblige) et parce que c’est le lendemain d’un jour de la Fête du Travail ? des Travailleurs ?
    Cette blagounette à prendre pour une caoulade.
    Le DRH (Directeur des Ressources Humaines – çuilà qui embauche mai’nant) reçoit les différents délégués syndicaux pour une prise de contact.
    Bonjour Monsieur CTFC, pouvez-vous me dire quelle est votre de lecture préférée ?
    – je lis régulièrement Témoignage chrétien.
    – je vous félicite car votre lecture est en adéquation avec vos idées.
    Et vous M. CFDT, quelle lecture ?
    – Et bien moi, c’est plutôt le Nouvel Obs.
    Mêmes félicitations du DRH.
    Et vous M. CGC ?
    Moi, c’est Le Monde.
    Même félicitations du DRH.
    Et vous M. CGT, vous devez vous inspirer des lectures de l’Humanité ?
    – Pas du tout M. le DRH, moi je lis assidûment Modes et Travaux.
    -Je ne comprends pas…
    – Parce que tous les mois, il y a un patron à découper.

  11. GDM dit :

    Et cette autre de Dodophe ? C’est une énigme qui s’ l’avait raconté à mon ami Aris et que Aris y m’ l’a ressorti l’aut’e jour. Allez, dis-moi :
    1/ qu’est-ce qui l’est plus grand que Dieu (ho les M’slimins, je ne blasphême pas – rirr une plaisant’rie, t’fem’ ?
    2/ Qu’est-ce qui l’est pire que le Chitane ?
    3/ Les pauvres y z’en ont mais les riches y z’en manquent.
    4/ Et en pluss qu’, si on en mange, on meurt.
    Allez, devine !
    Allez, on va laisser une semaine à nos z’ internautes pour donner une (voire la) réponse.

    • GDM dit :

      Je ‘ois qu’ personne y l’a mis un comm’ en terre pour l’énigme à Dodophe, alors ‘oilà ça qu’ Dodophe y l’a fait réchéflir mon ami Aris au Montplaisant (j’ai pas écrit « du Montplaisant » mais « Aris au M. »: Sa réponse c’était « Rien ».
      « Rien n’est plus grand que Dieu.
      Rien n’est pire que le Diable.
      Les pauvres y z’ont Rien.
      Les riches y manquent de Rien.
      Et en pluss qu’, si on mange Rien et ben on meurt ».
      Et oui, c’est la mort sûre comme y dit le serpent venimeux.
      Y nous z’en sortait, ce Dodophe a’c …. et sa vue basse (y l’était zguin’ch’ d’un oeil, Mesquine !)

  12. GDM dit :

    En ‘oilà une que notre intarissable Dodophe y nous a sorti un jour devant un verre d’anisette au comptoir de chez Fabbri :

    Une jeune femme rencont’e un très vieux savant chinois et elle lui demande :
    « Cher Maître, pourquoi quand un homme a des rapports avec beaucoup de femmes, le nomme-t-on un séducteur ?
    Et pourquoi quand une femme a des rapports avec beaucoup d’hommes, la nomme-t-on une femme de mœurs légères ? Pourquoi cette différence ? »

    Et aussi sec, le sage chinois y lui répond :
     » Sachez, chère jeune dame, qu’une clé qui peut ouvrir plusieurs serrures est un outil merveilleux.
    Mais une serrure qui s’ouvre avec n’importe quelle clé ne sert à rien ».
    Et ‘oilà la clé de la sagesse ! y s’ le rajoute Dodophe.
    Si t’y avais vu ceusses du comptoir, Fabbri le patron, Laurent le coiffeur, Di Méglio le marchand d’ graines de la rue Valée … tous y sont restés axe !
    Et Kaddour qui rajoute : « Dodophe y fit comme la poule, c’est loui qui fit lo z’off’s ! » Adda ma can’.

    • RUSSO Éric dit :

      Oh elle est bonne ta blague décidément ce Dodophe !!! Encore des blagues encore !

      • GDM dit :

        Merci Eric, alias Bagur III d’a’oir apprécié Dodophe et ses facécies. Je pense que ton papa Bagur II, y doit se souvenir de notre sympathique énergumène et ses dites-facéties (à Philiville on connaissait pas ce mot ; on disait « ses caoulades » !)
        Ti serches « Dodophe » dans SkikdaMag et là ti découv’es 10% de ça qui l’a pu faire Dodophe ce génie, à Philiville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s