Dis Papy … Les bombardements


Chers amis,
Claude n’est plus parmi nous mais sa mémoire est toujours là.
Aujourd’hui il nous raconte comment il a vécu les bombardements de notre cité.
Les sirènes, la décente dans les abris, le sifflement des bombes et la riposte des alliés.
Il n’a pas oublié non plus les commentaires « gratinés » et l’insouciance des jeunes ados en pareille circonstance.
Merci Claude !
Bonne lecture,
Bien à vous.
Jacky Colatrella

Veuillez cliquer sur l’image ci-dessous pour ouvrir le fichier PDF :
Avion Stuka allemand

Publicités
Publié dans Souvenirs ! | 2 commentaires

Dis Papy… Ma vie militaire


Chers amis et fidèles lecteurs de SkikdaMag,
C’est toujours avec un pincement de cœur à l’idée que mon « copain » d’enfance, Claude Stéfanini, est toujours là ; lui avec lequel je jouais aux petits soldats de plomb dans l’arrière boutique du salon de coiffure de mes parents alors que nous étions gamins, que je met en ligne ses mémoires qu’il m’avait confié peu de temps avant sa mort.
Aujourd’hui c’est de son service militaire dont il va vous parler. Nous sommes en 1958 durant la guerre d’Algérie, sursitaire, marié et père d’un enfant Claude est affecté à un régiment d’artilleurs. Les classes, le Djebel, les copains … c’est de tout cela dont il va être question à travers ce magnifique récit.
Bonne lecture et surtout n’hésitez pas à laisser un commentaire auquel il aurait tant aimé pouvoir répondre.
Bien à vous.
Jacky Colatrella (Le fils du coiffeur de la rue Valée)

Veuillez cliquer sur la photo ci-dessous pour ouvrir le fichier PDF.Photo Militaires dans le djebel

Publié dans Souvenirs ! | 5 commentaires

PHILIPPEVILLE raconté par Jean Claude ROSSO


Chers fidèles lecteurs de SkikdaMag,
Jean Claude ROSSO vient de réaliser un magnifique PDF sur notre cité : « PHILIPPEVILLE » ; située à 345 km à l’Est d’ALGER et à 72 km à l’Ouest de BÔNE (sa rivale) et à 65 Km au Nord-est de CONSTANTINE, son chef lieu départemental.
Il retrace, fidèlement, l’histoire de notre ville à travers les siècles.
De l’époque Phénicienne, où la ville se nommait TAPSUS du nom du fleuve dont elle était voisine et qui coulait entre les deux collines du BENI-MELEK et du SKIKDA. Puis dans l’antiquité Punique, RUSICADA « Le Cap du Phare » succède à TAPSUS. La Colonie Romaine laissa une profonde empreinte. La Voie des Tombeaux de RUSICADIA à STORA, dit bien l’importance du rôle que joua RUSICADA à cette époque.
Les citernes construites par les Romains ont servi encore au milieu du 20e siècle, à l’alimentation en eau potable de la ville de PHILIPPEVILLE. A l’endroit même de la place MARQUE s’élevait un jet d’eau de 4 mètres de haut produit par la pression des eaux qui s’écoulaient des citernes construites sur les collines du BENI-MELEK, 18 gradins les déversaient à la mer. Du Théâtre « le plus grand découvert en Algérie » partait un souterrain qui aboutissait au port.
De la belle romaine devenue ruine, le général VALLE ne trouva que de misérables gourbis en 1838. Le Génie militaire dresse les plans de la future cité. A l’Est, l’armée aura ses bâtiments, casernes, arsenal, écuries. A l’Ouest s’étageront les résidences civiles. Le ravin séparant les deux portions deviendra son axe central et débouchera face à la darse. La ville devint, en 1838, PHILIPPEVILLE issu du nom du Roi des français d’alors.
Un état sanitaire épouvantable régnait, provenant des marais qui infestaient toute la plaine du SAF-SAF jusqu’à EL-ARROUCH. Dans les premiers mois de 1839, huit cents émigrants s’installèrent dans des baraquements. Ces condamnés à mort, héroïques, méritent mieux que l’oubli, car c’est grâce à leur sacrifice anonyme que cette région que les Turcs « N’ONT JAMAIS PU FRANCHIR » est devenue l’une des plus belles et des plus fécondes de l’Algérie..
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture du document transmis par Jean Claude ROSSO que je remercie, au nom de tous, pour ce remarquable travail.
Bien à vous,
Jacky

Doigt animé

12-Réalisation du port

Publié dans Informations, Souvenirs ! | 10 commentaires

Dis papy… El Guerrah


Chers lecteurs de SkikdaMag,
Après le tragique 20 aout 1955, Claude fût nommé à El Guerrah, le 29 septembre 1955, avec effet du 1e octobre… et le voilà de nouveau parti… pour une nouvelle aventure !
Bonne lecture,
Bien à vous
Jacky

P.S : Cliquez sur la photo de la gare d’El Guerrah (Le fichier est un peu lent à charger, veuillez patienter)

Doigt animé

El GUERRAH-La Gare

Publié dans Divertissement, Souvenirs ! | 2 commentaires

La Figurine


Chers fidèles lecteurs de SkikdaMag,
Notre ami, Khider Ouhab, journaliste de talant et représentant local à Skikda du journal El Watan vient de me faire parvenir un de ses nombreux récits. Celui-ci est particulièrement intéressant puisqu’il concerne une île dont nous n’avions surement pas connaissance ; du moins sous cette appellation : « La Figurine ». Elle aurait de multiples autres patronymes et reposerait sur les limites d’un abîme marin à l’Ouest de Stora.
Je vous laisse découvrir la richesse de ce document et vous souhaite une très bonne lecture.
Jacky (Alias Ben Merlan – le fils du coiffeur de la rue Valée)

Doigt animé

Image de la Figurine

Publié dans Le saviez vous | 4 commentaires

Dis papy… MOUZLIA (Treizième partie)


Chers amis et lecteurs de SkikdaMag,
Claude poursuit son chemin ; le voilà maintenant à MOUZLIA où il retrouve un copain de classe, Roger FIORIO et apprend qu’à quelques kilomètres de là, Alain SPENATTO, un autre philippevillois, enseigne à TACHOUDA.
Il découvre ce bled et son environnement ; les câpriers, mais aussi les scorpions, les vautours…
Durant les vacances qui suivirent il retrouve Danielle pour sceller leur union.
Nous sommes en août 1955 ! Claude nous fait revivre ce qu’il a ressenti le 20 août. Les cris, les coups de feu… El Halia, la sauvagerie que rien ne peut justifier.
Bonne lecture,
Bien à vous
Jacky (le fils du coiffeur de la rue Valée)

Doigt animé

MOUZLIA-Catre

Publié dans Divertissement, Souvenirs ! | 2 commentaires

La ville de COLLO


Chers amis et fidèles lecteurs de SkikdaMag,
Aujourd’hui Jean-Claude ROSSO nous propose la belle histoire de la ville de COLLO : localité distante de 70 kilomètres, à l’Ouest, de PHILIPPEVILLE.
Tous les anciens philippevillois, les constantinois et même les bônois ont connus COLLO ; cité qui bénéficie d’une rade abritée par la presqu’île d’El Djerda avec des fonds de 25 mètres offrant aux bateaux un abri sûr et qui a la particularité d’avoir une partie de son territoire sur une presqu’île.
La misérable bourgade de 1830 fit place à la charmante petite ville qu’elle est devenue ; sa population était de 6 941 habitants en 1962.
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture du document transmis par Jean-Claude ROSSO et qui m’a promis que bientôt il ferait paraître un sujet sur PHILIPPEVILLE.
Bien à vous,
Jacky (le fils du coiffeur de la rue Valée)

Cliquez sur l’image pour ouvrir le fichier
Doigt animé

COLLO

Publié dans Divertissement, Souvenirs ! | 3 commentaires